COMICS : Batman – Knightfall

L’heure approche, mes amis… Doucement, mais surement. D’ici quelques jours, la trilogie cinématographique sur Batman réalisée par Christopher Nolan verra son ultime volet se refermer. C’est le moment de replonger au coeur du sujet. Urban Comics vient de sortir la première partie du récit qui a inspiré le réalisateur pour clôturer sa fresque. « Batman- Knightfall ». La chute du chevalier noir. Tout un programme…

Les hautes tours de Gotham brillent le jour. La nuit, c’est une toute autre chanson. Les ombres s’agglutinent, elles emportent tout. Le richissime Bruce Wayne est victime d’une grande fatigue ces derniers temps. Il suit même une thérapie. Il dort mal. Il se néglige. Symétriquement, Batman est la moitié de lui-même, éreinté, au bord de la crise de nerf, cassé. Les années passées à lutter contre le crime et la folie meurtrière de tous ses sinistres barjots l’ont usé jusqu’à la corde. Sans lui laisser un quelconque répit, les démons veulent prendre le contrôle de la ville. Un en particulier. Bane. La musculature démesurée, un masque, des tuyaux injectant un venin directement dans son cerveau, décuplant ses capacités, son envie de détruire et de régner. Bane veut prendre Gotham. Mais il doit éliminer le justicier emblématique avant toute chose. Le tuer simplement ne l’amuse pas. Il veut l’écraser, le briser, l’annihiler. Son plan est de lâcher tous les chiens de l’Enfer en même temps dans la cité. Faire exploser les murs de l’asile d’Arkham, voir s’évader Poison Ivy, l’Epouvantail, le Sphynx, le Joker et tous les autres, puis laisser le Batman s’escrimer sur tout ce joli petit monde. Qu’il se fatigue en courant sur le ring après tous les psychotiques imaginables et il suffira de finir le travail, de refermer l’étau. Très vite, tout est à feu et à sang. La police est complètement débordée et accuse de lourdes pertes. Le vengeur, bien qu’épaulé par Robin et quelques autres acolytes, va de mal en pis. Observé de loin par l’imposante machine de destruction, Batman sombre. Le mental s’effrite, le physique n’encaisse plus comme avant. Bane va refermer ses griffes sur le corps en lambeaux du justicier. Le dénouement semble inéluctable.

Cette aventure de Batman est d’une théâtralité et d’une dramaturgie poussées à leur paroxysme. On souffre à chaque pas du héros. Sa voix est un murmure, son aura légendaire n’est plus. Il s’est abîmé pour le bien de tous, sauf pour le sien. Il ne démissionne pas, il s’y refuse. Il souhaite offrir jusqu’à son dernier souffle. Et Bane, bien que moins connu que le Joker ou Catwoman, est un adversaire au charisme écrasant, une brute dont l’esprit machiavélique veut prendre le pouvoir en faisant mal. « Knightfall » est une épopée indispensable, à lire pour entrevoir tout l’éventail de complexité cachée derrière le masque de notre chauve-souris préférée. On referme le gros pavé de 340 pages et on aimerait déjà avoir la suite sous le coude. Patience… La fin est proche.

Cet article, publié dans Comics, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s