Manga : Vie de Mizuki de Shigeru Mizuki

Je vous entends vous écrier : mais, il n’y a AUCUNE chronique sur la manga ici (dans la vraie vie je dis « le » manga, mais, à ce qu’il paraît, c’est un mot féminin) ! HEY ! Normal, je ne suis pas très fan du genre. Bien sur, il y a quelques exceptions, comme les productions du mangaka Shigeru Mizuki. Ca tombe bien, vient de sortir chez Cornélius le premier volet de son autobiographie : « Vie de Mizuki – 1. L’Enfant ». Tout simplement !

Shigeru Mizuki est un personnage atypique et haut en couleur. Auteur de fictions fantastiques comme « Kitaro le Repoussant » ou « 3 rue des Mystères », il a également beaucoup dessiné sa propre histoire. A travers « Opération Mort » par exemple, il racontait la Seconde Guerre mondiale de l’intérieur, côté japonais. Mizuki y a d’ailleurs perdu sa main gauche. Gaucher, il a dû apprendre à se servir de sa main droite pour dessiner à nouveau avec le talent qu’on lui connait aujourd’hui. « NonNonBâ » avait remporté le prix du meilleur album 2007 à Angoulême, une première pour une BD japonaise. On y découvrait la vieille NonNonbâ qui a accompagné la jeunesse de l’auteur et qui lui a fait découvrir le monde des superstitions et des démons japonais appelés Yokaï.

Dans le premier volume de la vie de Mizuki, l’histoire du jeune Shigeru est donc déroulée à travers les points qui ont marqué le mangaka, sur les plans personnel et historique. Né en 1922, l’enfant Shigeru n’était pas très intéressé par l’école et il préférait de loin être curieux et manger comme un glouton. Les batailles rangées façon Guerre des Boutons occupaient pas mal son temps, ainsi qu’écouter les histoires stupéfiantes de mémé NonNonBâ, qu’on retrouve ici avec beaucoup de bonheur ! Un brin lunaire, ses parents se sont longtemps désespérés de lui… Qu’est-ce qu’ils allaient bien pouvoir faire d’un enfant pareil ? Surtout avec les problèmes de dettes familiales et un père légèrement déconnecté des réalités…

De la naissance de l’auteur à ses premiers pas sur le front de guerre, ce premier pavé autobiographique est d’un grand plaisir de lecture. Les pages défilent, on dévore ! L’insouciance des premières années contraste avec la peur de mourir au combat qui viendra à l’enrôlement. Même si les thématiques réalistes et malheureusement universelles s’invitent au récit, elles ne noircissent jamais complètement le tableau. C’est bien là la prouesse de Mizuki. Son don de raconteur transforme tout en fable. Jamais mièvre, ennuyeux ou déprimant, chaque petit segment de vie esquisse le portrait de l’auteur et de ceux qui l’ont accompagné. Les passages historiques replacent le protagoniste-narrateur dans le contexte géopolitique du moment et tout s’échafaude parfaitement. Un très bon moment à passer !

Publicités
Cet article, publié dans Indé, Manga, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Manga : Vie de Mizuki de Shigeru Mizuki

  1. :) dit :

    Si tant est besoin de confirmer, je le fais… Un bijou, tout comme NonNonbâ. Merci pour votre précieux conseil, une fois encore.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s