BD : Le Loup des Mers de Riff Reb’s adapté de Jack London

Quand on imagine des vies comme celles de Thoreau ou de Jack London, on y voit quelque chose de pur et de sans concession. Se confronter à la Nature, se faire face et se rappeler à ses propres limites, analyser sa condition. Et écrire. Tirer des histoires de ces expériences. Laisser une trace pour ceux qui n’auront jamais le cran de tenter l’aventure. « Le Loup des Mers » de London vient d’être adapté en BD par Riff Reb’s aux Editions Soleil Noctambule. Une excellente façon de se replonger dans le texte de cet auteur devenu classique.

Humphrey Van Weyden est critique littéraire et rentier. Intellectuel aisé, il vient de monter à bord d’un ferry à San Francisco pour rejoindre un ami qu’il a l’habitude de retrouver pour disserter littérature et philosophie des heures durant. Ce court voyage maritime qu’il effectue régulièrement va rapidement se transformer en cauchemar. D’abord la brume monte, puis la mer se démonte. Dans cette purée de pois, le capitaine ne voit pas un énorme bateau se diriger droit sur l’embarcation. La collision est fatale. La panique se meut en désespoir. Il faut sauter à l’eau pour tenter de survivre. Les considérations littéraires et poétiques de Van Weyden s’éloignent de ses priorités. Dans les eaux glaciales, il aperçoit un canot de sauvetage s’approcher de lui avant de sombrer dans l’inconscience. A son réveil, il se trouve dans une cale face à deux matelots plus ou moins sympathiques qui lui expliquent sa situation et lui fournissent en guise de vêtements secs quelques fripes sales et fort élimées. Il se trouve recueilli à bord de la goélette Le Fantôme, commandée par le capitaine Loup Larsen, un ours irascible et violent.

Le navire fait route vers le Japon pour chasser le phoque. Van Weyden monte sur le pont pour parler de son retour sur terre auprès de Loup Larsen. Dans un rire sadique, l’ogre Loup lui explique qu’une telle éventualité n’est pas envisagée et que le gentleman va prendre la place du mousse. Le capitaine entend bien mettre au travail et faire suer sang et eau notre dandy romantique. Pris en otage sans aucune porte de sortie, Van Weyden va devoir affronter son destin les dents serrées. Il va subir la présence d’un homme au charisme effrayant, dont les secrets révéleront une complexité digne du plus grand intérêt.

Quel plaisir a dû prendre le dessinateur scénariste en adaptant un tel texte ! On lit les mots de London dans la voix off de Van Weyden et on admire l’affrontement des deux hommes, si diamétralement opposés, illustrés magistralement par Riff Reb’s. On vit le drame de Humphrey de l’intérieur. On se prend à détester puis à être ébloui par Loup Larsen. On sent l’eau salée ronger les peaux et les consciences s’échauffer jusqu’à la mutinerie. On est à bord, observant la peur des hommes pour leur capitaine. « Le Loup des Mers » est une adaptation des plus réussies et qui donne envie de se replonger entre les lignes superbes de Jack London.

Cet article, publié dans BD, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s