A ouvrir pour rire ou pour pleurer #2 : Stars of the Stars de Bagieu & Sfar

starostars header

Ah ben oui. Voilà. Je ne voudrais surtout pas qu’on m’accuse de Sfar-bashing. Mais je trouve ça plutôt cool qu’il me permette de faire une nouvelle chronique « à ouvrir pour rire ou pour pleurer ». Non vraiment ! Une par an, c’est chouette, ça fait un peu feuilleton. Le lectorat espère pour la prochaine, tout ça, il réclame même ! Si si ! Sfar et Bagieu viennent de commettre Stars of the Stars, publié par Gallimard. Si en plus ils ont besoin de se mettre à deux pour nous offrir un tel cadeau, je prends. Plus on est de fous plus on rit ! YAAAAAH !

La cover ©Gallimard/Sfar/Bagieu + Nelson des Simpson ©Matt Groening

La cover ©Gallimard/Sfar/Bagieu + Nelson des Simpson ©Matt Groening

Alors ça commence comme ça : 7 filles d’origines différentes et surtout aux stéréotypes grossiers pensent passer un banal casting de danse. Seulement voilà, il s’agit en fait d’une mission de sauvegarde. Les extra-terrestres veulent détruire la planète parce que ça gène les voies commerciales spaciales ! DAMN ! Comme dans H2G2 ! Seulement, les extra-terrestres aiment trop la danse que seuls les humains ont su ériger en Art. C’est l’unique raison pour laquelle la Terre n’a pas encore été détruite. D’ailleurs, c’est vrai que (putain) un bon scénariste ne pouvait pas trouver d’autres qualités à l’être humain pour le sauvegarder.

4

Donc. Les danseuses sélectionnées vont être abductées dans un bâtiment-vaisseau bleu. Comme le Tardis de Dr Who ! Coïncidence de malade. C’est la tragédie ! Elles chialent, se mettent sur la gueule, réalisent que HIIIII elles sont sans doute les dernières représentantes de l’espèce humaine. Et pendant ce temps là, les aliens se traitent de, je cite, fils de pute et parlent de la chatte à leur mère, tout ça. Tranquille, normal, t’as vu y a des gros mots comment c’est cool. Je passe un peu vite parce que ça ne mérite pas beaucoup de mon temps non plus hein. On est là pour la gaudriole, on se met à niveau. Bref, elles vont vivre des histoires d’une créativité hallucinante, dans une série aux enjeux littéraire et artistique au delà du réel. Et ça m’étonnerait même pas qu’il y en ait une ou deux qui soient sexuellement menacées par un E.T. à tentacules dans le tome 2. Ouais. C’est bon ça. Zut. J’ai pas parlé de « l’influence » de Mars Attack aussi. Mouahahahah.

Alors, vous allez me dire, il doit bien y avoir quelque chose d’intéressant ou de nouveau là dedans, c’est quand même Gallimard qui édite… MAIS NON ! C’est du girly, parce que ça vend, à la sauce pillage du travail des autres qui ont fait des succès, avec deux noms qui font vendre. Faites le calcul : $ $ $. YES ! de la thune vite fait bien fait avec un truc qui pique les yeux et qui ne prendra pas de place sur l’espace de cerveau disponible des zombies consommateurs. Pari réussi ! Pour rajouter un autre « hommage », ils auraient du mettre en quatrième de couv’ un Joann Sfar déguisé en Vador qui dirait à Pénélope Bagieu : « Je suis ton père ». Bon. AU SUIVANT !

Cet article, publié dans à ouvrir pour rire ou pour pleurer, BD, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

30 commentaires pour A ouvrir pour rire ou pour pleurer #2 : Stars of the Stars de Bagieu & Sfar

  1. Bessey dit :

    hahahahahahaha🙂

  2. Benj dit :

    Aaaaaah, la perle de la rentrée. Incroyable que des éditeurs publient ça.
    C’est maintenant une certitude, Sfar a atteint un niveau cosmique que nous autres, pauvres mortels, ne sont plus à même de comprendre.
    Incroyable qu’un talent aussi grand aillent si loin sur le chemin de la médiocrité.
    Finalement, Tokyo, c’était pas si mal.

    Au passage, je découvre ce blog, il est chouette.

    • Marie Rameau dit :

      Je rappelle simplement que Sfar est directeur de collection pour Gallimard (Bayou). CQFD.
      C’est ça qui me chagrine. Je dézingue pas pour dézinguer. On sait ce que le mec à sous le capot. Donc c’est comme une grosse claque à ceux qui ont aimé le lire. Comme un crachat en pleine gueule. J’ai pas l’habitude de m’en prendre une et de rester stoïque. Action, réaction.

    • Hélène dit :

      Je l’ai feuilleté cet après midi et ton texte, Marie, est sublissime de subtilité, d’intelligence et de drôlerie ! Merci ! Attends mais tu l’as pas écouté sur France Inter (sa chronique pathétique où il s’est carrément créé un accent niçois si ! si ! mais bon, je m’arrête vite là je n’aime pas être méchante). Effectivement Sfar atteint un niveau d’expérimentation que plus personne ne peut comprendre (Sfar parle de BD experimental quand on tente de critiquer son travail). Dire qu’ils étaient 2 pour faire cet album ! « Finalement, Tokyo, c’était pas si mal » = ça me fait rire et ça me fait pleurer.

      • Marie Rameau dit :

        Je l’ai écouté quelques fois… et je me suis dit qu’on tend des micros à n’importe qui pour n’importe quoi. Ce qui n’a finalement rien d’étonnant dans la société actuelle. Alors je me dis, en toute humilité, pourquoi pas moi ? Donc j’écris ici.

  3. Book Marc BD dit :

    Vous devez vous trouver très jolie, pour mettre une photo de vous à côté des livres. Ca fait mégalo. Et quand vous utilisez cet espace pour « rendre la justice » ça ajoute encore au côté nombriliste médiocre. Tout ça n’a rien d’une critique d’ouvrage, ni même de conseils de libraires. Vous vous faites juste plaisir sur le dos des auteurs dont vous dénigrez le travail à coup de formules toutes faites et de procès d’intentions. Ce blog, manifestement, ne s’adresse qu’aux gens qui aiment voir votre photo, et lire vos grossièretés.

    • Marie Rameau dit :

      Tu penses ce que tu veux mon grand. A chacun sa vérité. J’ai pas besoin de me justifier, ni l’envie de le faire.
      Ca te plait pas, on te retient pas !😉

    • Hélène dit :

      « Vous devez vous trouver très jolie, pour mettre une photo de vous à côté des livres. Ca fait mégalo »… et bien au moins on sait que vous n’êtes pas psy avec des analyses pareilles ! A part ça je lis Marie R. pour d’autres raisons que celles que vous avancez.
      Tant mieux pour vous, si vous cela ne vous choque pas ce qui arrive actuellement dans le monde de la BD.
      J’aime et j’admire la salutaire et saine colère de Marie R. !

  4. Floup dit :

    Je te rejoins complètement Marie ! J’ai acheté cette BD cette semaine et je la trouve creuse, vide, et « grossière » dans sa manière de traiter des sujets qui auraient pu être intéressants ! Pour te dire je l’ai relue deux fois en me disant que j’étais peut être passée à côté de quelque chose ! Je l’ai filée à mon copain pour avoir un autre avis…son verdict après un quart d’heure de lecture:  » c’est quoi cette BD de m**** ??? »

  5. Salvador Florent dit :

    Ben déjà, j’économise une lecture. En ces temps de pile de livre plus haute que la table de chevet, c’est précieux.
    Je l’ai quand même parcouru à la librairie, et ça m’a fait penser à un épisode de « totally spies ».

    Sinon j’ai une théorie sur le pourquoi de l’effondrement d’un mec qui, en dehors du je-m’en-foutisme évident sur ses deux derniers ouvrages, a quand même du talent.

    Sfar est un authentique fan de culture rétro et populaire. Quand il s’inspirait des feuilletons et de la littérature fantastique de la fin du XIX et début XX, il excellait. Probablement parce qu’il est très callé sur ce sujet.
    Par contre, quand il s’essaye aux 50′, 70′ ou au contemporain, ben là, il ne maitrise pas cette culture alors il est mauvais comme tout.

    • Marie Rameau dit :

      Tu crois pas qu’il a pété un plomb et que les éditeurs n’osent plus lui dire non parce qu’il est un peu partout dans les médias, tout simplement ?

      • Salvador Florent dit :

        oui aussi, mais je trouve intéressant que ses ouvrage les plus rater parlent de la culture pop et ses plus réussis des feuilleton du XIX

      • Hélène dit :

        Je ne crois pas que ce soit une histoire d’époque. Je crois qu’il a entamé une descente avant ces deux dernières BD. Je pense que les éditeurs ne lui disent pas « non » car son nom fait vendre, tout simplement ! Si on le voit partout c’est qu’il fait vendre ou amène un autre type de lectorat (télérama) ou d’auditeurs (france inter). Imagine, t’as un journal « sérieux » style Le Monde, tu prends Sfar pour ta rubrique livres… et hop, tu attires d’autres lecteurs et pas mal l’on bien compris. Donc je ne vois même pas comment on pourrait lui dire « non » ! Il faudrait un « vrai » éditeur, pas des marchands.

      • Marie Rameau dit :

        Cela dit, ce n’est pas avec ce genre de ‘coup’ que les éditeurs en question se font du blé. Je ne pense pas. Les gens ne sont pas complètement cons. Les éditeurs disent Amen pour ne pas perdre l’auteur et prient pour un nouveau chef d’oeuvre qui fera de la thune. On passe le caprice à l’enfant prodigue au cas où.

      • Hélène dit :

        De mon côté je pense que l’éditeur matraque parce qu’il s’en fout. Du moment qu’il ne perd pas d’argent. Je ne pense pas que les gens sont cons. Je pense que l’éditeur veut ratisser large plutôt que fideliser un lectorat. Un « vrai » editeur, pour ne pas perdre son auteur, le cadrerait. Mais peut être aussi il dit « amen » pour pas que l’auteur parte ailleurs, effectivement je n’y avais pas pensé ! A+

  6. Salvador Florent dit :

    Après, on va pas en écrire un roman, c’est mauvais, c’est mauvais, un point c’est tout.😉

    • Marie Rameau dit :

      Oui oui. Mais j’ai encore l’espoir de lire du bon Sfar dans les années à venir. Qu’il retrouve ses esprits, qu’il se respecte et qu’il respecte ses lecteurs à nouveau, quoi. Le plus vite sera le mieux.

      • Camille dit :

        En attendant l’album se vend (on peut voir le classement des ventes sur Amazon) car les éditeurs savent que « auteur connu = article presse = vente minimum ». Julie Maroh (l’auteur du magnifique « le bleu est une couleur chaude ») a sorti son dernier album au même moment et on voit bien qu’elle ne bénéficie pas de la même attention et donc des même ventes.

  7. kaze dit :

    Ah ben tant qu’ à parler de pompages (ou de references) quand j’ ai vu la couv en vitrine, je me suis dit « Lindsey Olivares » pour ce qui est du design de la meuf à lunette .
    Apres bon, c’ est ptet un hasard aussi (il s’ agit juste de la stylisation des lunettes quoi) et c’ est ptet moi qui fait une fixation aussi : http://illustratorslounge.com/wp-content/uploads/lindsey-olivares-003.jpg .
    Enfin bon, moi j aime bien le bashing, ça m’ apporte joie et bonne humeur .

    • Cami dit :

      des nanas rousses à lunettes dans l’illustration on peut en trouver pas mal non ?

      mais par contre c’est fou comme cette BD est peu audacieuse…
      en fait, je crois que je ne comprends pas comment Pénélope à pu aimer cette histoire, ma foi chacun ces goûts…

      • kaze dit :

        ouai ouai comme je disais, c’ est ptet juste moi qui délire (faut dire que j adore lindsey olivares, donc je la vois ptet un peu partout)
        Apres c’ est pas le coup de « la meuf à lunette » qui m’ y a fait pensé, c’ est surtout le design (y a mille façon de dessiner des meufs à lunettes)

  8. Nite Owl dit :

    Je rebondis sur le com pas sympa :
    C’est vrai que je ne comprends pas trop l’interet de poser avec le livre a chaque fois.
    La premiere fois que je suis arrivé sur ce site j’ai eu un a priori negatif. Non pas à cause de la plastique de madame (au contraire) mais plutôt pour le côté « skyblog kikoulol ». Toutefois la qualité des chroniques m’a fait cliquer sur « ajouter aux favoris »😉

    • Marie Rameau dit :

      Bon, ça commence à me les briser. Je vais faire simple et informatif. J’ai commencé à écrire des chroniques BD pour CultureBox, le site culturel de France2. La mise en page avec une photo de moi tenant le livre a été proposée par les gens de CultureBox. C’est des professionnels, ils savent ce qu’ils font, j’ai dit ok. Je suis partie et ouvert mon propre blog quelques temps après pour avoir ma liberté de ton. Premier article que je fais, j’abandonne l’idée de la photo + l’ouvrage. Et là des gens, dont mes proches, m’ont dit que non, il fallait la photo tout ça, etc… Alors j’ai juste remis la putain de photo.
      Je signe de mon nom et je mets mon visage parce que, aussi, j’assume ce que je dis et je m’implique physiquement. Ca vous plait pas, mais dégagez putain. Là. C’est clair ?!

    • strange dit :

      C’est fou d’arriver chez quelqu’un, en invité !! et de dire « j’aime pas la couleur de ta cuisine, ça fait cheap, ça fait merdeuse… »
      De juger une personne de nombriliste parce qu’elle met sa photo ? Et pourquoi ne pas faire des analyses lacaniennes sur son apparence ? Votre petit monde doit être facile à vivre avec de telles certitudes.

      Cela révèle quoi de vous, qui pensez que Marie doit vous plaire ? Que Marie rêve que son blog cartonne ?
      A part ça et pour en finir avec Sfars of the Sfars : « en travaillant ensemble tout le monde voyait le coup de pub alors à a été obligé de faire un album casse gueule, qui va dérouter, pas faire ce que les gens attendent ». No comment.
      On remarquera également la critique du journaliste du Monde « cosmique trip » où comment ne rien dire vite fait bien fait quand on n’a pas lu l’album.

  9. Gael dit :

    Vos avis sont intéressants et correspondent en général à mes goûts.

    J’aime votre prose ainsi que les photos qui agrémentent les articles : ces caractéristiques me donnent vraiment l’impression de lire des avis personnels et non des critiques académiques issues d’un organe professionnel (ce qui est à priori l’essence même d’un blog).

    Votre blog est super sympa, bravo pour le résultat et merci pour le temps que vous y passez.

  10. Juliette dit :

    Dans le journal Casemate d’octobre J. Sfar « réclame le droit de se planter » (allusion à l’article des Inrocks « Sfar se plante avec son premier roman »).
    En gros c’est « si vous n’aimez pas, n’achetez pas ».
    Sachant que ces albums bénéficient systématiquement de beaucoup de presse et de pub, qu’ils sont systématiquement édité (« le journal de merde » de Télérama sort en octobre, environ 40€)… la relation au droit de se planter me semble complètement faussé.

    En attendant vous pouvez regarder l’émission télé « Hep Taxi » avec interview de J. Sfar (pas encore vu)

    http://www.rtbf.be/culture/article/detail_ce-dimanche-22-septembe-hep-taxi-embarque-joann-sfar-a-22h55-sur-la-deux?id=8094146

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s