BD : Fatale de Cabanes, adapté de Manchette

fatale header

Ah ! De la littérature adaptée en BD… Quand c’est finement fait comme dans « Fatale » chez Dupuis, tiré de Manchette par Cabanes, Diable ! que c’est bon. Le one shot en question est un bon morceau. Un beau morceau de lecture. On en a incontestablement pour notre argent. Mais qui est cette femme fatale ? C’est là la question clef de l’énigme sulfureuse ici proposée avec une maestria graphique à couper le souffle.

fatale couv

La femme en BD peut-être autre chose qu’un faire-valoir creux aux formes improbables ! Mais oui ! Réjouissons-nous. Cabanes à travers Manchette nous en offre une illustration glaçante, terrible dans sa beauté et son machiavélisme. Sous le pseudonyme qu’elle s’est choisi, Aimée Joubert débarque à Bléville sous prétexte d’une histoire d’héritage. Quelques jours auparavant et sous une autre identité, elle a laissé dans son sillage des cadavres dans une autre ville de province. Mais les journaux ne relèvent rien d’autre qu’un probable accident de chasse. A peine arrivée dans sa nouvelle ère de jeu, Aimée commence à étoffer son réseau chez les puissants. La jeune veuve aisée, charmante, discrète n’a aucun mal à s’infiltrer dans ces cercles où toujours traînent une ou plusieurs histoires sordides, plus ou moins bien cachées.

Planche1

En quelques semaines, la belle manipulatrice observe, note, échafaude, creuse, déterre des secrets. Veuve noire plutôt que mante religieuse, Aimée tisse sa toile et la referme tout doucement autour de l’élite véreuse de Bléville. De Bléville ou d’ailleurs, elle se ressemble partout. Ils se laissent avoir par le jeu et la plastique d’une femme derrière laquelle se cache une intelligence cruelle. Son intérêt à elle d’abord. Les dommages collatéraux ? Peu importe. Des morts ? Et alors. En filigrane, cela dit, le personnage se découvre légèrement, par petites touches. Se dévoilent la folie, la passion, les haines, qu’elle laisse éclater lorsqu’elle est seule ou lorsque ça ne met pas en péril son entreprise. Un grand personnage de littérature campé fabuleusement par un auteur qui a sans doute eu du mal à ne pas s’en éprendre. Ne s’appellerait-elle pas « Aimée » à dessein ?

planche2

« Fatale » est un grand polar. On sent poindre la littérature derrière chaque case. Et c’est un véritable régal. La protagoniste est irrésistiblement attirante et repoussante tout à la fois. Sa profonde noirceur, son âme salie, teinte le récit d’une lueur particulière. Le regard animal qu’elle porte sur ses congénères les transforme en proie. On prend un certain plaisir à la voir évoluer, tant l’empathie pour ses victimes est impossible. Enfin. Pour la plupart de ses victimes…

1

 

 

Cet article, publié dans BD, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour BD : Fatale de Cabanes, adapté de Manchette

  1. Ping : Fatale | Les lectures de Caro

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s