BD : Love in Vain de Mezzo et J.M. Dupont

header love

La vie quotidienne d’un libraire est faite de tonnes de BD déposées, rangées, classées à la chaîne. Ca pèse. Ca use. Seulement, de temps en temps, on ouvre un carton de nouveautés et tout se fait plus léger. Le livre que vous attendiez avec impatience est là, rutilant, bien emballé. Il n’attend qu’à être lu et savouré. J’ai tout fraîchement reçu et dégusté Love in Vain de Mezzo et J.M. Dupont aux Editions Glénat. Quelle merveille…

couv

Love in Vain, c’est le titre d’une chanson de Robert Johnson (1911-1938), le bluesman maudit qui ouvrit funestement le Club des 27. Mezzo et Dupont nous proposent ici sa biographie dans un magnifique objet à l’italienne, dos toilé, beau papier épais et noir & blanc sans concession. La légende du blues est un personnage trouble, entouré de mythes. Abandonné par son père, puis plus tard par sa mère, Robert a grandi comme poussent les mauvaises herbes. Sans réel intérêt pour l’école, pas plus pour le labeur dans les champs de coton, il rêve rapidement de jouer de la guitare et de chanter.

pl1

Très tôt marié, Dieu continue de se rire de lui en lui infligeant la mort en couches de sa femme et du bébé. Si Dieu semble tourner le dos à Robert et le mettre incessamment à l’épreuve, il en est un autre qui le convoite. Le Diable rôde dès qu’on évoque le nom de Robert Johnson. Il se dit que le musicien médiocre à ses débuts aurait vendu son âme au Malin pour pouvoir jouer divinement de la guitare. Pacte conclu ou non, il fit des progrès fulgurants, croisant la route des plus grands bluesmen de l’époque et surtout d’innombrables amantes. De son Mississippi natal à Chicago, puis de retour aux sources, Johnson a brûlé ses ailes dans l’alcool, dans cet amour dévorant pour les femmes et la musique.

pl11

A travers cet album, on est assailli de sensations. On sent la poussière, la sueur, la fumée. On goûte les alcools bon marché qui écorchent la gorge et brûlent le ventre. On entend cette musique qui hurle une douleur de vivre bien réelle. Un désespoir inconsolable d’écorché vif. A chaque case, on s’émeut pour cet homme au talent immense et au destin terrible. Terrible et fascinant. Encore un chef d’œuvre graphique de la part de Mezzo, dont le trait était taillé pour le sujet. Que vous soyez un amateur de blues ou non importe peu. Dans le premier cas, vous reconnaîtrez des noms que vous chérissez. Dans le second, prenez des notes et découvrez des artistes sans qui la musique actuelle n’existerait pas. Et je laisse à votre lecture le plaisir de découvrir l’identité du narrateur qui ne se dévoile qu’en toute fin d’ouvrage.

pl3

Publié dans BD | Marqué avec , , , | 3 commentaires

BD : Fatale de Cabanes, adapté de Manchette

fatale header

Ah ! De la littérature adaptée en BD… Quand c’est finement fait comme dans « Fatale » chez Dupuis, tiré de Manchette par Cabanes, Diable ! que c’est bon. Le one shot en question est un bon morceau. Un beau morceau de lecture. On en a incontestablement pour notre argent. Mais qui est cette femme fatale ? C’est là la question clef de l’énigme sulfureuse ici proposée avec une maestria graphique à couper le souffle.

fatale couv

La femme en BD peut-être autre chose qu’un faire-valoir creux aux formes improbables ! Mais oui ! Réjouissons-nous. Cabanes à travers Manchette nous en offre une illustration glaçante, terrible dans sa beauté et son machiavélisme. Sous le pseudonyme qu’elle s’est choisi, Aimée Joubert débarque à Bléville sous prétexte d’une histoire d’héritage. Quelques jours auparavant et sous une autre identité, elle a laissé dans son sillage des cadavres dans une autre ville de province. Mais les journaux ne relèvent rien d’autre qu’un probable accident de chasse. A peine arrivée dans sa nouvelle ère de jeu, Aimée commence à étoffer son réseau chez les puissants. La jeune veuve aisée, charmante, discrète n’a aucun mal à s’infiltrer dans ces cercles où toujours traînent une ou plusieurs histoires sordides, plus ou moins bien cachées.

Planche1

En quelques semaines, la belle manipulatrice observe, note, échafaude, creuse, déterre des secrets. Veuve noire plutôt que mante religieuse, Aimée tisse sa toile et la referme tout doucement autour de l’élite véreuse de Bléville. De Bléville ou d’ailleurs, elle se ressemble partout. Ils se laissent avoir par le jeu et la plastique d’une femme derrière laquelle se cache une intelligence cruelle. Son intérêt à elle d’abord. Les dommages collatéraux ? Peu importe. Des morts ? Et alors. En filigrane, cela dit, le personnage se découvre légèrement, par petites touches. Se dévoilent la folie, la passion, les haines, qu’elle laisse éclater lorsqu’elle est seule ou lorsque ça ne met pas en péril son entreprise. Un grand personnage de littérature campé fabuleusement par un auteur qui a sans doute eu du mal à ne pas s’en éprendre. Ne s’appellerait-elle pas « Aimée » à dessein ?

planche2

« Fatale » est un grand polar. On sent poindre la littérature derrière chaque case. Et c’est un véritable régal. La protagoniste est irrésistiblement attirante et repoussante tout à la fois. Sa profonde noirceur, son âme salie, teinte le récit d’une lueur particulière. Le regard animal qu’elle porte sur ses congénères les transforme en proie. On prend un certain plaisir à la voir évoluer, tant l’empathie pour ses victimes est impossible. Enfin. Pour la plupart de ses victimes…

1

 

 

Publié dans BD | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Indé : Vacuum de Lukas Jüliger

vacuum headerLe passage de l’adolescence à l’âge adulte est un thème que je trouve si mystérieux et si dense que je ne me lasse pas de lire des auteurs s’y atteler. C’est donc le sujet abordé dans Vacuum de Lukas Jüliger aux Editions Rackham. Avec pudeur et distance. Bizarrerie, aussi.

Vacuum_couverture

Vacuum est écrit à la première personne, de telle façon que le personnage principal, un ado d’environ 16/17 ans, pourrait porter n’importe quel prénom. Le vôtre par exemple. Il nous raconte ce qui sera la dernière semaine avant une apocalypse symbolique. A cet âge riche en changements et évolutions, des événements décisifs et radicaux peuvent advenir en sept jours. Si « Lui » n’a pas de nom, les personnages secondaires en ont bien un. Justement parce qu’il ne sert à rien que vous vous identifiez à eux.

Vacuum-pl1

La semaine commence un lundi, comme c’est la règle. Le jeune homme perd doucement son meilleur ami de toujours, Sho. Non pas qu’il soit mourant. Il est juste resté bloqué en lui-même, un beau jour, sans prévenir. Comme muré à l’intérieur de son corps, Sho s’adonne à une destruction méthodique de son mobilier, jour après jour, en parlant de moins en moins. Tout l’univers du personnage principal bascule alors dans une certaine léthargie, un ennui. Il découvre un vide qu’il n’avait jamais connu. Jusqu’à son arrivée à « elle », qui n’est pas nommée non plus. Parce qu’elle pourrait s’appeler comme vous, aussi. Le couple se forme, à tâtons, lentement. L’été arrive. Les soirées qu’ils passent ensemble sont douces, particulières. Mais il arrive toujours ce moment imprévisible où la jeune femme s’enfuit en courant. Sans raison. Il y a là un secret, une zone d’ombre. Contrarié par ces fuites inopinées, de plus en plus attaché à elle, ensorcelé par son odeur qu’il n’arrive pas à définir, il va chercher à en savoir plus. Les jours avancent, un camarade du bahut vient de se suicider, Sho continue de partir en vrille. L’Apocalypse se rapproche inexorablement.

Vacuum-pl2

Vacuum est un album à l’ambiance colorée délicate et aux dessins gracieux. On s’y balade comme dans un souvenir cotonneux où les sens sont sollicités et où la réalité est relative. L’histoire rappelle les films Donnie Darko ou Elephant qui développent des problématiques similaires et qui apportent un éclairage fascinant sur ce moment de la vie ô combien déterminant. Une très belle découverte.

Vacuum_pl3

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Revue BD : Aaarg ! Bande dessinée & Culture à la Masse

aaarg header

Bon, il faut quand même que je vous parle d’un truc qu’il est vachement bien. Vous aimez la BD, vous êtes amateur d’univers bien trempés, rentre-dedans et avec du poil et des dents (oui, je sais pas, j’avais envie de dire ça) ? Eh bien il vous faut choper la revue Aaarg ! de toute urgence, dont le sous-titre est « Bande dessinée & Culture à la Masse ». Dans ta gueule la masse. BIM !

aaarg3

Le numéro 3 vient de sortir et si vous tombez sur les tomes 1 et 2, n’hésitez pas à les acheter parce que mon petit doigt me dit que le premier serait déjà en rupture ! Ne laissez pas passer votre chance. Pour détailler un peu, Aaarg ! c’est un épais recueil bimestriel bourré d’histoires courtes, complètes ou à suivre de numéro en numéro, de reportages sur des sujets que vous ne croiserez pas tous les jours, de zooms sur des artistes, un esprit Rock mais pas FM. Je dirai presque Punk mais le rédacteur en chef de la revue va me tailler en pointe si je dis ça. Trop tard je l’ai dit. Si vous me revoyez pas d’ici un moment, envoyez-leur des courriers. Mais pas les flics, je les aime vraiment bien.

aaarg1

On y trouve une belle brochette d’auteurs, que je ne peux pas tous nommer tant ils sont nombreux à suer sang et bière pour l’amour de l’Art. Je vais quand même en donner quelques uns : Rica, Dav Guedin, Laetitia Coryn, Fabcaro, Sourdrille, Nicolas Poupon, Bouzard, B-Gnet, Mo/CDM, Bernstein, Julien Loïs, Tanxxx ou Terreur Graphique. Entre autres très gros talents.

aaarg logo

Aaarg ! a déjà sa propre tonalité au bout de peu de parutions. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils ont frappé fort les zigues. Ca fait rire, ça secoue, ça remet les idées en place. Et puis, il faut dire ce qui est, la maquette est vraiment très belle. Les couvertures sont magnifiques, il y a un chouette poster à l’intérieur… Franchement, rendez-vous service et foncez découvrir cette merveille caustique. Un peu de bonheur, une fois tous les deux mois, faut pas passer à côté. Ca serait trop bête.

Allez les visiter : http://www.aaarg.fr/

Publié dans BD | Marqué avec , | 2 commentaires

Cinéma : Only Lovers left alive de Jim Jarmusch

only-lovers-left-alive-cover

Oui. Oui ! Je délaisse le blog ces derniers temps. Vous savez ce que c’est, parfois, on perd le feu sacré ou il s’étouffe sans réellement s’éteindre. Non pas que je n’ai rien lu de bien. J’ai notamment lu l’ultime volume de Blast de Larcenet et j’ai reçu une fessée en bonne et due forme. Seulement, j’avais déjà écrit sur cette série (lien) et je me voyais mal me torturer pour trouver de nouveaux superlatifs et dire strictement la même chose en définitive. Mais je suis de retour pour vous parler d’un film (oui, j’en viens au fait, ça y est), pour changer. « Only Lovers left alive » de Jim Jarmusch m’a offert tous les ingrédients d’un coup de coeur énorme.

only-lovers-left-alive-bed

De nos jours. A Tanger et à Détroit. Deux personnages charismatiques et énigmatiques organisent leur vie. L’homme, Adam, brun ténébreux, vêtu de noir, vit à Détroit dans une des nombreuses maisons abandonnées. Il crée sa musique, seul, reclus et sévèrement gothico-déprimé sur les bords. Son rock sombre est très apprécié des mélomanes éclairés et l’anonymat qu’Adam impose au reste du monde excite ses fans à son grand dam. Il se passerait de cette notoriété auprès des zombies, comme il les appelle. La seule chose qui le pousse à se frotter au monde extérieur, c’est son besoin de sang frais et non contaminé qu’il va dégoter à l’hôpital où un gentil docteur se fait grassement payer pour le service.

adam eve

A Tanger, ville en tous points opposée à Détroit la fantomatique, la femme, Eve, solaire, vêtue de blanc, planifie elle aussi son quotidien de nuit. Sa condition comme celle d’Adam lui impose de ne sortir que lorsque le soleil s’est couché. Et si elle aime parler avec son vieil ami Marlowe, plaisanter et jouir de son existence, elle est soumise à ce besoin sanguinaire. Adam et Eve sont mari et femme depuis plusieurs centaines d’années. Amants, époux, âmes soeurs, ce couple originel va se retrouver à nouveau après une longue séparation.

Avec une élégance, un respect du mythe vampirique et un dandysme rock absolument irrésistible, Jim Jarmusch nous gratifie de tout ce qui manquait aux pauvres représentations des vampires à l’écran ces dernières années. J’avoue avoir eu des réserves avant d’entrer en salle : je n’attendais pas ce réalisateur sur ce terrain. Maintenant je peux dire que je suis éblouie par le résultat. Les éléments surnaturels sont là, mais en filigrane. Ils se font connaître avec intelligence, sans tapage, sans vulgarité ou ridicule. La beauté de certains plans est portée par un couple d’acteurs magnifiques : la magnétique Tilda Swinton et le glacial Tom Hiddleston, auxquels s’ajoutent John Hurt et Mia Wasikowska en truculents seconds rôles.

« Only Lovers left alive » est un joli jeu de miroirs, un face à face complémentaire, un yin et yang poétique à l’esthétique ensorcelante. Enfin des vampires du XXIème siècle crédibles, avec le raffinement esthétique, musical et artistique qu’on est en droit d’attendre d’immortels dignes de ce nom.

C’est feutré, classieux, hypnotique. On frise vraiment la perfection.

Publié dans Cinéma | Marqué avec , | Laisser un commentaire

[à lire sur Génération Strange] Locke & Key : this is the end

Eh bien oui, Locke & Key, c’est fini. Le tome 6 est sorti en VO ! Pour les French readers, il va falloir attendre le 18 avril. Mais qu’est-ce qu’elle est bien cette fin… Oulala !

locke_keyomega_cvr_dbd

 

L’ultime chronique : c’est ici !

Publié dans Comics | Marqué avec , , , , , | 3 commentaires

BD : Le Serpent d’Eau de Tony Sandoval

water snake header

J’aime quand la lecture m’envoie me promener ailleurs. Et surtout dans des univers qu’on n’approche qu’en rêve. Je veux dire, la réalité, oui, très bien. C’est notre prison quotidienne, notre lot à tous. Mais c’est terriblement ennuyeux, prévisible voire décevant. Le rêve, par contre, quelle dimension plus intéressante et intense. Tout y est possible, les limites sont explosées. Il n’y a plus de restrictions, ni de morale. Et je viens de faire une très belle balade en compagnie de Tony Sandoval. Je suis son travail depuis longtemps. Son nouvel album « Le Serpent d’Eau » vient de sortir chez Paquet. Plongez avec nous.

water snake

Mila est une adolescente solitaire, brune comme la nuit. Elle aime partir en vélo loin de chez elle pour aller se baigner dans des endroits connus d’elle seule. Mais aujourd’hui, elle est surprise en pleine baignade par une jeune fille de son âge. Blonde, espiègle et mystérieuse, elle semble s’opposer en tous points à l’effacée Mila. Notre timide héroïne a un sentiment d’attirance irrépressible vers cette jolie et dangereuse poupée et, encore plus étrange, elle est fascinée par ses dents. Qu’est-ce qui arrive à Mila ?

water snake 2

Aux côtés de sa nouvelle amie, elle se prend à chaparder, à trouver un courage qu’elle ne se connaissait pas et à voir des choses incroyables… La fin de l’été s’annonce et un soir, invitée chez l’ensorceleuse, Mila ne peut s’empêcher de l’embrasser doucement et d’effleurer ses dents avec sa langue. Soudain prise de convulsions, l’étonnante hôte se tord de douleur avant de vomir un énorme poulpe noir. Prise de panique, Mila la peureuse court, s’enfuit, laissant derrière elle tous ces sentiments qu’elle ne comprend pas et qui l’effraient. Elle ne se doute pas que la magie, une fois qu’elle vous touche, ne vous lâche plus. Quelque chose de plus fort et de plus grand qu’elle s’est réveillé. Et il va falloir l’affronter.

water snake 3

« Le Serpent d’Eau » est un conte pour grands, catégorie de lecture que j’aime particulièrement. L’innocence est là, malmenée, mais la poésie, la cruauté et la sensualité également. La beauté des aquarelles de Tony Sandoval est irréelle. Il nous offre ici ce qu’il a fait de mieux jusqu’à présent. On regarde évoluer les personnages dans un monde parallèle, à mi-chemin entre conscient et inconscient. On se laisse happer dans cet ailleurs qu’on reconnaît sans le connaître. Peut-être qu’on a oublié en grandissant qu’il y a de la magie autour de nous ? Soyez attentif. Vous ne sentez pas les tentacules du poulpe bouger doucement dans votre ventre ? Non ? Vous êtes bien sur ?! Concentrez-vous.

water snake 4

Publié dans BD | Marqué avec , , , | Un commentaire