[BD] Le Rapport de Brodeck de Manu Larcenet

brodeck header

Et soudain, voilà. VOILA. Là, quelque chose se passe. L’excitation dès la découverte de l’objet. Le coup de foudre graphique. La tonalité impeccable. La poésie noire partout. L’être humain et ses ténèbres… Larcenet est de retour. Il adapte aux éditions Dargaud le roman de Philippe Claudel : Le Rapport de Brodeck. Et bon sang ! c’est une excellente raison pour venir vous en parler ici.

brodeck couv

Après la guerre, Brodeck est revenu des camps. Tel un fantôme, en marge des habitants de son village, il s’est doucement reconstruit autour de sa femme et de sa fille. Il habite à côté des autres, sans faire partie du groupe. Brodeck écrit des rapports sur la faune et la flore, c’est ainsi qu’il gagne sa vie. Sans faire de bruit, sans déranger. Une nuit qu’il part chercher du beurre à l’auberge, il trouve tous les hommes du village rassemblés là. La peur et la violence envahissent la pièce. Brodeck ressent chaque sentiment avec stupeur et hébétude. Ils sont tous là, ils ont ensemble commis un acte extrême.

brodeck1

Depuis quelques temps, un étranger avait débarqué sans crier gare. Armé de son air apaisé et de son érudition, son carnet de dessins à la main, cet intrus avait réveillé quelque chose de mauvais chez les habitants. Sa différence avait suscité la défiance. Son altérité avait provoqué le rejet immédiat et définitif. Il allait se passer quelque chose, c’était une affaire de temps. Obligé. Il le fallait pour que tout revienne à la normale. Ce soir-là dans cette auberge, Brodeck est un innocent entouré de coupables.

brodeck2

Dans cette ambiance de tension immense, où l’horreur devient tangible, on va ordonner à Brodeck d’écrire un rapport sur ce qui vient de se passer. Pour que les gens comprennent. Pour que tout soit bien entendu. Pour que les bourreaux soient blanchis et que les consciences ressortent immaculées. Sous la pression violente de l’assemblée, Brodeck ne peut qu’accepter.

brodeck3

Comment décrire ce que je viens de lire ? Les mots me manquent presque pour décrire la beauté du dessin de Larcenet, sa capacité à développer une ambiance précise, acérée, pesante tout en restant poétique et foutrement belle, pardonnez-moi l’expression. Il y a dans cet ouvrage un naturalisme classique qu’on ne croise que très peu en bande dessinée, pas à ce niveau-là en tout cas. La justesse, l’homogénéité de l’ouvrage, tout est tenu. Il y a des moments de grand silence où la pensée est suspendue, où on entend la nature tandis que l’âme humaine se tord dans sa complexité, se recroqueville sur elle-même comme un linge sale qu’on vrille pour l’entendre crisser. Le noir et blanc est une évidence puisque c’est une histoire de francs contrastes. La noirceur de l’Homme et sa (rare) lumière. Format à l’italienne, beau papier épais, jaquette… Tout est parfait. Sauf qu’on doit attendre la parution du deuxième et ultime album pour connaître le dénouement de l’histoire. Délicieuse et impossible attente, Monsieur Larcenet ! Et, encore une fois, merci.

Publié dans BD | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

My own private palmarès

palmares off

Comme ça ne va JAMAIS ce palmarès à Angoulême, comme CHAQUE ANNEE ça m’emmerde, eh bien cette année je fais mon palmarès « OFF ».

Parce que c’est comme ça, et puis c’est tout.

GRAND PRIX : Alan Moore

MEILLEUR ALBUM : Love in Vain de Mezzo et J-M. Dupont

PRIX SPECIAL DU JURY : Petit de Gatignol et Hubert

MEILLEURE SERIE : Locke & Key de G. Rodriguez et Joe Hill

MEILLEUR POLAR : Fatale de Cabanes et Manchette

PRIX PATRIMOINE : Sandman de Gaiman et tous les autres

PRIX REVELATION : La Fille Maudite du Capitaine Pirate de Jeremy A. Bastian

PRIX JEUNESSE : Le Petit Loup Rouge d’Amélie Fléchais

Voilà. Là, tout de suite, on se sent mieux.

Publié dans BD, Festival | Marqué avec , , , | 4 commentaires

[BD] Petit de Hubert et Gatignol

petit header

Ah ! Des contes ! Des fables ! Qu’elle joie d’ouvrir le dernier né de la collection Métamorphose ! Un bel écrin noir, gris et or qui renferme l’histoire de Petit, rejeton inattendu d’une famille d’ogres. Le récit est sorti de la tête pleine de merveilles de Hubert qui nous avait régalés avec Beauté chez Dupuis. Le dessin vibrant et baroque est de Bertrand Gatignol, remarqué sur Jeanne chez Dargaud.

CouvPetit

L’histoire se passe en des temps reculés, à l’époque des fées, des sorciers et des croyances obscures. Alors rien de plus normal que d’y côtoyer des ogres. Cette lignée d’ogres – terrifiant les humains qui font office de nourriture et de serviteurs – se dégrade naissance après naissance. Leur nombre restreint les a contraint à la consanguinité et plus les générations se suivent, plus elles sont exaspérantes de tares. Un beau jour, en plein banquet, la Reine est prise de maux de ventre. Son appétit de chair fraiche est empêché quand soudain, sans aucun signe annonciateur, elle accouche d’un garçon. Un si petit avorton ! Absolument intolérable pour un fils de Roi ogre ! Tout le monde se rue sur lui pour le dévorer et effacer cette honte pour la famille.

Petit1

Mais sa mère, plus rapide, s’empare de lui et le jette dans sa bouche énorme. Elle assure à tout le monde et au Roi, furieux, que tout est arrangé puisqu’elle l’a mangé. Elle fait mine d’aller se changer, puis recrache le minuscule enfant et court le cacher auprès de Desdée, une vieille ogresse enfermée au cachot à cause de son amour des humains. Ce n’est pas chose aisée que de naître entouré de barbares érigés en Dieux lorsqu’on possède une once de raffinement en soi ou qu’on est simplement différent. On ne choisit pas sa famille, ni son sang, ni ses gènes. Le nouveau-né baptisé Petit va l’apprendre année après année, son désir de sortir des quatre murs de sa prison protectrice allant grandissant.

petit2

« Petit » est un vrai bonheur de lecture ! Les séquences dessinées sont entrecoupées de passages écrits. Ils précisent l’histoire des personnages qui ont marqué la généalogie de la lignée, depuis le Fondateur jusqu’au présent du récit. On est en plein récit moyenâgeux, avec ces saynètes qui pourraient être contées par un ménestrel et qui rythment l’évolution de Petit. L’ambiance qui se dégage de l’album est à mi-chemin entre lumière et obscurité. Les ogres sont dans leur majorité sauvages, vils et répugnants, tandis que d’autres protagonistes, Petit en chef de file, inspirent une vraie empathie. Cette fable initiatique est originale et surprenante, dessinée avec brio dans un style enlevé et vivant ! A vos librairies !

petit3

Publié dans BD | Marqué avec , , , , | 2 commentaires

BD : Love in Vain de Mezzo et J.M. Dupont

header love

La vie quotidienne d’un libraire est faite de tonnes de BD déposées, rangées, classées à la chaîne. Ca pèse. Ca use. Seulement, de temps en temps, on ouvre un carton de nouveautés et tout se fait plus léger. Le livre que vous attendiez avec impatience est là, rutilant, bien emballé. Il n’attend qu’à être lu et savouré. J’ai tout fraîchement reçu et dégusté Love in Vain de Mezzo et J.M. Dupont aux Editions Glénat. Quelle merveille…

couv

Love in Vain, c’est le titre d’une chanson de Robert Johnson (1911-1938), le bluesman maudit qui ouvrit funestement le Club des 27. Mezzo et Dupont nous proposent ici sa biographie dans un magnifique objet à l’italienne, dos toilé, beau papier épais et noir & blanc sans concession. La légende du blues est un personnage trouble, entouré de mythes. Abandonné par son père, puis plus tard par sa mère, Robert a grandi comme poussent les mauvaises herbes. Sans réel intérêt pour l’école, pas plus pour le labeur dans les champs de coton, il rêve rapidement de jouer de la guitare et de chanter.

pl1

Très tôt marié, Dieu continue de se rire de lui en lui infligeant la mort en couches de sa femme et du bébé. Si Dieu semble tourner le dos à Robert et le mettre incessamment à l’épreuve, il en est un autre qui le convoite. Le Diable rôde dès qu’on évoque le nom de Robert Johnson. Il se dit que le musicien médiocre à ses débuts aurait vendu son âme au Malin pour pouvoir jouer divinement de la guitare. Pacte conclu ou non, il fit des progrès fulgurants, croisant la route des plus grands bluesmen de l’époque et surtout d’innombrables amantes. De son Mississippi natal à Chicago, puis de retour aux sources, Johnson a brûlé ses ailes dans l’alcool, dans cet amour dévorant pour les femmes et la musique.

pl11

A travers cet album, on est assailli de sensations. On sent la poussière, la sueur, la fumée. On goûte les alcools bon marché qui écorchent la gorge et brûlent le ventre. On entend cette musique qui hurle une douleur de vivre bien réelle. Un désespoir inconsolable d’écorché vif. A chaque case, on s’émeut pour cet homme au talent immense et au destin terrible. Terrible et fascinant. Encore un chef d’œuvre graphique de la part de Mezzo, dont le trait était taillé pour le sujet. Que vous soyez un amateur de blues ou non importe peu. Dans le premier cas, vous reconnaîtrez des noms que vous chérissez. Dans le second, prenez des notes et découvrez des artistes sans qui la musique actuelle n’existerait pas. Et je laisse à votre lecture le plaisir de découvrir l’identité du narrateur qui ne se dévoile qu’en toute fin d’ouvrage.

pl3

Publié dans BD | Marqué avec , , , | 3 commentaires

BD : Fatale de Cabanes, adapté de Manchette

fatale header

Ah ! De la littérature adaptée en BD… Quand c’est finement fait comme dans « Fatale » chez Dupuis, tiré de Manchette par Cabanes, Diable ! que c’est bon. Le one shot en question est un bon morceau. Un beau morceau de lecture. On en a incontestablement pour notre argent. Mais qui est cette femme fatale ? C’est là la question clef de l’énigme sulfureuse ici proposée avec une maestria graphique à couper le souffle.

fatale couv

La femme en BD peut-être autre chose qu’un faire-valoir creux aux formes improbables ! Mais oui ! Réjouissons-nous. Cabanes à travers Manchette nous en offre une illustration glaçante, terrible dans sa beauté et son machiavélisme. Sous le pseudonyme qu’elle s’est choisi, Aimée Joubert débarque à Bléville sous prétexte d’une histoire d’héritage. Quelques jours auparavant et sous une autre identité, elle a laissé dans son sillage des cadavres dans une autre ville de province. Mais les journaux ne relèvent rien d’autre qu’un probable accident de chasse. A peine arrivée dans sa nouvelle ère de jeu, Aimée commence à étoffer son réseau chez les puissants. La jeune veuve aisée, charmante, discrète n’a aucun mal à s’infiltrer dans ces cercles où toujours traînent une ou plusieurs histoires sordides, plus ou moins bien cachées.

Planche1

En quelques semaines, la belle manipulatrice observe, note, échafaude, creuse, déterre des secrets. Veuve noire plutôt que mante religieuse, Aimée tisse sa toile et la referme tout doucement autour de l’élite véreuse de Bléville. De Bléville ou d’ailleurs, elle se ressemble partout. Ils se laissent avoir par le jeu et la plastique d’une femme derrière laquelle se cache une intelligence cruelle. Son intérêt à elle d’abord. Les dommages collatéraux ? Peu importe. Des morts ? Et alors. En filigrane, cela dit, le personnage se découvre légèrement, par petites touches. Se dévoilent la folie, la passion, les haines, qu’elle laisse éclater lorsqu’elle est seule ou lorsque ça ne met pas en péril son entreprise. Un grand personnage de littérature campé fabuleusement par un auteur qui a sans doute eu du mal à ne pas s’en éprendre. Ne s’appellerait-elle pas « Aimée » à dessein ?

planche2

« Fatale » est un grand polar. On sent poindre la littérature derrière chaque case. Et c’est un véritable régal. La protagoniste est irrésistiblement attirante et repoussante tout à la fois. Sa profonde noirceur, son âme salie, teinte le récit d’une lueur particulière. Le regard animal qu’elle porte sur ses congénères les transforme en proie. On prend un certain plaisir à la voir évoluer, tant l’empathie pour ses victimes est impossible. Enfin. Pour la plupart de ses victimes…

1

 

 

Publié dans BD | Marqué avec , , , | Un commentaire

Indé : Vacuum de Lukas Jüliger

vacuum headerLe passage de l’adolescence à l’âge adulte est un thème que je trouve si mystérieux et si dense que je ne me lasse pas de lire des auteurs s’y atteler. C’est donc le sujet abordé dans Vacuum de Lukas Jüliger aux Editions Rackham. Avec pudeur et distance. Bizarrerie, aussi.

Vacuum_couverture

Vacuum est écrit à la première personne, de telle façon que le personnage principal, un ado d’environ 16/17 ans, pourrait porter n’importe quel prénom. Le vôtre par exemple. Il nous raconte ce qui sera la dernière semaine avant une apocalypse symbolique. A cet âge riche en changements et évolutions, des événements décisifs et radicaux peuvent advenir en sept jours. Si « Lui » n’a pas de nom, les personnages secondaires en ont bien un. Justement parce qu’il ne sert à rien que vous vous identifiez à eux.

Vacuum-pl1

La semaine commence un lundi, comme c’est la règle. Le jeune homme perd doucement son meilleur ami de toujours, Sho. Non pas qu’il soit mourant. Il est juste resté bloqué en lui-même, un beau jour, sans prévenir. Comme muré à l’intérieur de son corps, Sho s’adonne à une destruction méthodique de son mobilier, jour après jour, en parlant de moins en moins. Tout l’univers du personnage principal bascule alors dans une certaine léthargie, un ennui. Il découvre un vide qu’il n’avait jamais connu. Jusqu’à son arrivée à « elle », qui n’est pas nommée non plus. Parce qu’elle pourrait s’appeler comme vous, aussi. Le couple se forme, à tâtons, lentement. L’été arrive. Les soirées qu’ils passent ensemble sont douces, particulières. Mais il arrive toujours ce moment imprévisible où la jeune femme s’enfuit en courant. Sans raison. Il y a là un secret, une zone d’ombre. Contrarié par ces fuites inopinées, de plus en plus attaché à elle, ensorcelé par son odeur qu’il n’arrive pas à définir, il va chercher à en savoir plus. Les jours avancent, un camarade du bahut vient de se suicider, Sho continue de partir en vrille. L’Apocalypse se rapproche inexorablement.

Vacuum-pl2

Vacuum est un album à l’ambiance colorée délicate et aux dessins gracieux. On s’y balade comme dans un souvenir cotonneux où les sens sont sollicités et où la réalité est relative. L’histoire rappelle les films Donnie Darko ou Elephant qui développent des problématiques similaires et qui apportent un éclairage fascinant sur ce moment de la vie ô combien déterminant. Une très belle découverte.

Vacuum_pl3

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Revue BD : Aaarg ! Bande dessinée & Culture à la Masse

aaarg header

Bon, il faut quand même que je vous parle d’un truc qu’il est vachement bien. Vous aimez la BD, vous êtes amateur d’univers bien trempés, rentre-dedans et avec du poil et des dents (oui, je sais pas, j’avais envie de dire ça) ? Eh bien il vous faut choper la revue Aaarg ! de toute urgence, dont le sous-titre est « Bande dessinée & Culture à la Masse ». Dans ta gueule la masse. BIM !

aaarg3

Le numéro 3 vient de sortir et si vous tombez sur les tomes 1 et 2, n’hésitez pas à les acheter parce que mon petit doigt me dit que le premier serait déjà en rupture ! Ne laissez pas passer votre chance. Pour détailler un peu, Aaarg ! c’est un épais recueil bimestriel bourré d’histoires courtes, complètes ou à suivre de numéro en numéro, de reportages sur des sujets que vous ne croiserez pas tous les jours, de zooms sur des artistes, un esprit Rock mais pas FM. Je dirai presque Punk mais le rédacteur en chef de la revue va me tailler en pointe si je dis ça. Trop tard je l’ai dit. Si vous me revoyez pas d’ici un moment, envoyez-leur des courriers. Mais pas les flics, je les aime vraiment bien.

aaarg1

On y trouve une belle brochette d’auteurs, que je ne peux pas tous nommer tant ils sont nombreux à suer sang et bière pour l’amour de l’Art. Je vais quand même en donner quelques uns : Rica, Dav Guedin, Laetitia Coryn, Fabcaro, Sourdrille, Nicolas Poupon, Bouzard, B-Gnet, Mo/CDM, Bernstein, Julien Loïs, Tanxxx ou Terreur Graphique. Entre autres très gros talents.

aaarg logo

Aaarg ! a déjà sa propre tonalité au bout de peu de parutions. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils ont frappé fort les zigues. Ca fait rire, ça secoue, ça remet les idées en place. Et puis, il faut dire ce qui est, la maquette est vraiment très belle. Les couvertures sont magnifiques, il y a un chouette poster à l’intérieur… Franchement, rendez-vous service et foncez découvrir cette merveille caustique. Un peu de bonheur, une fois tous les deux mois, faut pas passer à côté. Ca serait trop bête.

Allez les visiter : http://www.aaarg.fr/

Publié dans BD | Marqué avec , | 2 commentaires